Lettres d'amour et d'espoir d'un paysan aragonais à sa famille
dans la tourmente de la guerre et de l'exil - (1939-1940)

bannière, image tirée de notre collection personnelle

lettres d'exil


Introduction

En février 1939, comme d'autres milliers de personnes, Marcelino fuit la déroute de la République espagnole et rejoint, les Pyrénées avec son épouse et ses sept enfants. En traversant la frontière, la famille est aussitôt séparée par les militaires français. Marcelino est envoyé au tristement célèbre camp de concentration d'Argelès-sur-Mer dans le Roussillon. Sa famille elle, est déplacée à 300 kilomètres plus à l'ouest, à Mézin dans le Gers. Durant leur longue séparation ils maintinrent une intense correspondance dont furent conservées seulement 72 lettres et quelques photos.

Espérer

Il ressort à leur lecture, la profonde tendresse que Marcelino ressent pour sa famille et le regain d'espoir qui, malgré les circonstances, subsiste, invulnérable, lignes après lignes. Le paysan aragonais, âgé de 44 ans, avait une sensibilité spéciale. En mars 1939 il écrit depuis le camp d’Argelès:

"Je suis très satisfait d'avoir réussi mon but qui était de recevoir votre lettre et vos baisers..."

Et il rassure sa femme à propos de tout ce qu'ils avaient dû laisser derrière eux dans leurs fuite:

"A propos de la mule, de la carriole, et des vêtements que nous avons du abandonner à la Junquera, ne soyez pas peiné. Pour oublier pensez que des temps meilleurs viendront parce qu'il a toujours été prouvé qu'après la tempête vient l'accalmie..."

Marcelino ne le savait pas mais la tempête de la guerre en s'étendant à toute l'Europe et finalement au monde entier, allait l'emporter, et avec lui des millions d'autres personnes.

La retirada image tirée de: http://www.la-guerre-d-espagne.net

Histoire

Ce site retrace l'histoire de cette correspondance et avec elle l'histoire des milliers de républicains espagnols de tous âges et de toutes conditions sociales qui vécurent, deux guerres, puis pendant des années d'innombrables privations durant ce qu'il nommèrent: "el destierro". Plus qu'un exil, un arrachement forcé à leur terre, à leur culture, à leur langue, un déracinement total. Il diffuse aussi sans restriction et gratuitement cette correspondance et un autre livre, le point de vue d'un des jeune fils de Marcelino et son insouciance d'enfant alors que le monde entier tombait dans le chaos.

Au delà de la simple histoire d'une famille et d'un pays durant une période donnée, ce site raconte aussi l'histoire de tous les civils réfugiés, déplacés, rejetés ou apatrides, qui malheureusement encore de nos jours, continuent de fuir les guerres et les désastres et ne trouvent souvent, au lieu de la liberté et la sécurité qu'il étaient venus chercher, qu'un autre désespoir.

Abonnement aux flux RSS